lundi 8 avril 2013

G comme... Girardeau

Guère de répit pour mes ancêtres, depuis le début de ce challenge... Laissons donc pour un temps les registres des décès et inhumations pour les registres des naissances, même si certaines naissances (on l'a vu à la lettre A et on le reverra demain) ne se font pas sous un ciel serein.

Mais c'est par un acte de mariage que mon énigme a commencé. C'était au tout début de mes recherches, j'avais trouvé dans le registre des mariages de Villechétive (Yonne) celui de Théodore Vaunois avec Marie-Anne Delagnot dite Girardeau, le 18 mars 1835. François Théodore Vaunois est l'un des fils survivants de Nicolas Vaunois dont j'ai parlé hier, et celui qui vivra le plus longtemps.



Pourquoi "dite" ? Dans cet acte il n'était pas fait mention du père de Marianne, et sa mère Anne Emerantienne était dite "mariée actuellement à Louis Vigoureux". C'est bien sûr l'acte de naissance de Marianne qui m'a donné la solution. Je l'ai trouvé, toujours dans les registres de Villechétive, le 4 novembre 1815. C'est l'acte de naissance, comme on pourrait s'en douter, d'un enfant naturel.

Mais la rédaction n'est pas habituelle : c'est Nicolas Girardeau, 60 ans, propriétaire à Villechétive, qui déclare la naissance de cette enfant, née chez Jean Pierre Delagneau demeurant aux Pommerats. Nicolas Girardeau se reconnait être le père de l'enfant, qu'il a eue avec Anne Delagneau, 19 ans, fille de Jean Pierre, domestique chez ledit Girardeau. J'ai un doute, je ne sais pas si c'est Anne ou son père qui est domestique. J'aurais tendance à penser que c'est Anne. J'ai trouvé d'autres actes où Jean Pierre est dit "manouvrier".



Voilà donc la naissance de Marianne, née d'Anne, 19 ans et de Nicolas Girardeau, 60 ans, chez qui probablement elle est domestique. Je ne sais pas si j'ai l'esprit mal tourné ou si je ne suis pas assez fleur bleue, mais j'ai quand même de gros doutes quant à l'existence entre eux d'une folle histoire d'amour... J'ai pensé davantage à une forme de droit de cuissage, même si Nicolas "se reconnait pour être le père"... ce qui n'était pas toujours le cas en pareille circonstance.

Nicolas Girardeau signe maladroitement l'acte de naissance.  Il est né en 1756 à Villechétive, et s'est marié au moins trois fois, il a eu au moins 9 enfants, dont Marianne, fille naturelle, est la dernière. Il se marie une première fois vers 1785 avec Anne Loup, avec laquelle il a 4 enfants. Vers 1801 il se marie avec Madeleine Lespagnol avec laquelle il a aussi 4 enfants. Il épouse ensuite en 1811 Marie Radegonde Thérèse Baillet, avec qui il n'a pas d'enfant et qui vivra jusqu'en 1823... 

Quant à Marianne Delagneau et sa mère Anne, si j'avais mieux lu l'acte de mariage de François Théodore Vaunois et de Marianne Delagneau, j'aurais déchiffré tout de suite "Emerentienne",  un prénom qui signe son appartenance à un autre village de l'Yonne, Champlost, où les Delagneau sont légion. Voici par exemple l'acte de mariage de Jean Pierre Delagneau, le père d'Anne, avec Agathe Emerentienne Delagneau, acte sur lequel figurent pas moins de sept signatures "Delagneau" différentes. Un troupeau bien sympathique !


*****

Pour lire mes autres articles du challenge : Les Cerisiers de A à Z

Pour suivre tous les articles des challengers sur scoopit : Généalogie de A à Z

La page Facebook des challengers : Bloguez votre généalogie de A à Z



Retrouvez toutes les interventions de ceux qui ont relevé le défi généalogique, sur le blog de Sophie Boudarel, de la Gazette des Ancêtres.

8 commentaires:

  1. Quel beau travail de recherches là encore Odile!... bravo!
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Annick. et je suis particulièrement contente de le voir mis en valeur à travers le blog. C'est vrai que pour le moment, en dehors de mon logiciel de généalogie, je n'avais pas donné vie à toutes ces histoires-là. Je suis vraiment ravie que le challenge m'ait donné cette opportunité. Bises.

      Supprimer
  2. à demain, je reste attentive à tous les patronyme évoqué.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu vas voir Clémentine, demain on se rapproche de Troyes ! Il faut bien qu'un jour j'en arrive à expliquer l'origine du nom du blog... A demain donc.

      Supprimer
  3. à demain, je reste attentive à tous les patronymes évoqués.

    RépondreSupprimer
  4. Réponses
    1. Merci, à bientôt pour le reste de l'alphabet ;-)

      Supprimer
  5. "se reconnaissant pour être le père et l'avoir eu"
    Merci Odile, cet acte de naissance me permet de savoir ce qui est écrit sur un acte que j'ai trouvé hier.
    Merci pour ton aide et vive le challenge :)

    RépondreSupprimer