mercredi 3 avril 2013

C comme Cerisiers

C'est ici que tout a commencé.... Tout c'est-à-dire pour moi l'aventure généalogique, mais aussi et surtout LA rencontre qui est à l'origine de ma venue sur cette planète ;-)

Cerisiers, que j'ai déjà brièvement  présenté ici est un petit village au nord de l'Yonne, en plein coeur du Pays d'Othe. Contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser, c'est un pays de pommes, donc de cidre. Il est possible que son nom vienne de César, puisque Cerisiers est située sur l'une des voies romaines qui menaient au nord de la Gaule.


Les Vaunois y sont représentés en nombre depuis le tout début du 18e siècle, et jusqu'au mois dernier je ne savais rien de cette branche avant 1700. Beaucoup de mes ancêtres (branche paternelle) sont originaires de ce village, les Semaine,  les Chicot, Fraudin, Masson, Mossot et tant d'autres, qui ont vécu soit au bourg soit dans les hameaux environnants, comme celui de Talvat.


Mes recherches généalogiques ont commencé dans cette mairie, située sur la gauche de la carte postale, mairie qui n'a absolument pas changé depuis le début du siècle. Là aussi les portes se sont ouvertes pour moi, avec un certain étonnement car j'étais la première à faire ce genre de demande, et j'ai pu consulter et photographier les registres anciens sur lesquels j'ai travaillé au départ sans grande rigueur.... ce que j'ai bien regretté par la suite. 


Il m'a fallu du temps ensuite pour exploiter toute la richesse de ce que j'avais vu, du temps pour comprendre les actes anciens, repérer les noms qui m'intéressaient, les signatures comme autant de traces de la vie d'un ancêtre.

Sur cet acte d'inhumation, le 22 novembre 1743 de mon ancêtre Louis Vaunois, tissier en toile, arrivé à Cerisiers en 1701 pour s'y marier à Jeanne Charruet, figurent les signatures de ses trois fils, Nicolas, Jean et Louis. 


A son tour Louis fut tisserand. Mais parmi ses descendants, certains furent charrons, d'autres marchands, beaucoup laboureurs. Pour arriver à mon grand-père Louis Spérat Vaunois qui fut huilier.



La promenade derrière l'église, elle non plus, n'a pas changé.



C'est dans ce village, dans cette église et cette mairie, que mes parents se sont mariés. Autant dire que je lui dois beaucoup ! Et ce si joli nom m'a semblé tout à fait indiqué pour la première partie du nom de mon blog...


Pour lire mes autres articles du challenge : Les Cerisiers de A à Z

Pour suivre tous les articles des challengers sur scoopit : Généalogie de A à Z

La page Facebook des challengers : Bloguez votre généalogie de A à Z



Retrouvez toutes les interventions de ceux qui ont relevé le défi généalogique, sur le blog de Sophie Boudarel, de la Gazette des Ancêtres.

16 commentaires:

  1. Un bien beau nom pour un village et j’apprends aujourd'hui "le pourquoi" de celui de ton blog !
    Très belles, ces images d'antan, et un épisode très touchant de ta recherche généalogique...
    Je t'embrasse, Odile, très belle journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et dans un autre article, Norma, tu apprendras le pourquoi de l'autre partie du nom de mon blog ;-) Bises et bonne soirée.

      Supprimer
  2. Ah tisser la vie des tisserands ! J'en ai tout un écheveau sur Prinçay ! Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans la suite de l'alphabet, j'aurai aussi l'occasion de reparler des tisserands et surtout de ceux qui,dans le département voisin, ont pris le relais. Et j'ai oublié de parler de l'ascenseur social... parce qu'on est pas tous laboureurs à cette génération :-) Bises Gloria, j'ai hâte de lire les suites de tout ça. Bien belle idée, non ?

      Supprimer
  3. très fructueuses recherches... cerisiers quel beau nom !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet Josette, c'est très évocateur et poétique. A bientôt.

      Supprimer
  4. Jolis souvenirs tissés avec talent !!!
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut d'abord tout détricoter pour tout retisser ;-) Mais c'est un plaisir. Bises.

      Supprimer
  5. C'est un bien joli nom pour un village, j'imaginais que c'était un surnom rapport à une abondance de cerisiers... Tu as fait un travail phénoménal et ce n'est pas fini apparemment !
    GRS BECS Odile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh non Marité, ce n'est pas fini.. il reste 23 lettres :-)) Bises et bonne soirée à toi.

      Supprimer
  6. Cerisiers ,le village ou se sont mariés tes parents ,de jolis souvenirs ...
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même si cette période-là n'est pas particulièrement joyeuse, l'évoquer avec le reste de la famille, écouter les récits des uns et des autres fait toujours du bien. Bonne soirée Brigitte.

      Supprimer
  7. Comme c'est joli chez vous Odile, ça donne envie de venir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Presque aussi joli que votre domaine Ariane ;-) Le village actuellement reste assez proche de ce qu'il était au début du siècle cependant. Bonne journée à vous.

      Supprimer
  8. Mais c'est un voyage au pays de tes ancêtres à la vitesse d'un cheval au galop!!!!
    Je te suis lentement, dans ma carriole bien installée, et traverser ce village des Cerisiers...
    Belle journée à toi, toujours frisquette mais...
    Bises gelées

    RépondreSupprimer
  9. Ma famille paternelle est de Cerisiers, Fournaudin, Champlost. C'est la famille Godard, sabotiers. Nous avons peut-être des ancêtres communs ?? Cordialement.

    RépondreSupprimer